Vous êtes ici

Vème CONGRES DE FRANCOPOL, LE RÉSEAU FRANCOPHONE DE FORMATION POLICIÈRE

Avec le soutien de l’OIF, le réseau international francophone de formation policière (Francopol) a organisé son cinquième congrès international à Dakar (Sénégal) du 17 au 19 octobre 2018.

Ce grand rassemblement, qui a coïncidé avec le 10ème anniversaire de Francopol, s’est tenu pour la première fois en Afrique et réunissait environ 164 participants en provenance d’une vingtaine de pays de l’espace francophone, particulièrement d’Afrique, d’Amérique du nord et d’Europe. Il avait pour thème la « Gestion des risques et des nouvelles menaces ». Cette session a également été marquée par l’adhésion de la Macédoine et du Cambodge – premier pays du continent asiatique à intégrer cette organisation policière francophone. Elle a enfin été l’occasion de renforcer le bureau de Francopol : Sophie Hatt reste présidente, tandis qu’ Hélène Cazaux-Charles, Directrice de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) a été élue vice-présidente de Francopol, et Emile Perez, l’un des membres fondateurs, a été désigné Président d’honneur.

La cérémonie d’ouverture du Congrès était présidée par le représentant du ministre de l’Intérieur du Sénégal, son Directeur de cabinet Mamadou Diop, en présence des hautes autorités des Forces de sécurité (Police et Gendarmerie) du Sénégal et de représentants diplomatiques.

La présidente de Francopol, Sophie Hatt, a rappelé le parcours de ce réseau aujourd’hui dans « une phase d’expansion ininterrompue », confirmant son statut de « première organisation internationale policière francophone qui rassemble, à ce jour, une soixantaine d’institutions en provenance d’une vingtaine de pays d’Amérique, d’Europe et d’Afrique, et aujourd’hui d’Asie et d’Europe centrale. »

Le représentant de l’OIF, Dominique Delpuech, Directeur adjoint « Affaires politiques et gouvernance démocratique » a saisi l’occasion de la Cérémonie d’ouverture pour « rendre un hommage appuyé aux forces de sécurité publique de l’espace francophone qui, par leur engagement et leur dévouement, consacrent leur vie – très souvent au péril de celle-ci – au maintien de l’ordre et donc à la stabilité et à la paix à l’intérieur de leur pays, mais aussi aux niveaux régional et international. », avant de « réitérer le plein soutien de l’OIF à Francopol, un des 16 réseaux institutionnels sur lesquels s’appuie la Francophonie pour incarner les engagements de ses Etats et gouvernements membres.  »

M. Delpuech a également rappelé la contribution de son organisation dans la « lutte contre le terrorisme », la gestion de la « cybercriminalité » et des « flux migratoires », ainsi que sur la question des « risques psychosociaux », ces enjeux d’actualité au cœur de son action. En effet, le XVIIe Sommet de la Francophonie (Erevan, 11-12 octobre 2018) a permis de « réaffirmer la mobilisation de la Francophonie dans la lutte contre le fléau terroriste, et sa détermination en faveur de la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents pouvant conduire au terrorisme », a-t-il souligné. En témoigne la création récente de FrancoPrev, le Réseau francophone de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents. Avant d’ajouter que sur la Cybercriminalité, l’OIF s’employait, depuis le lancement d’une Stratégie numérique lors du Sommet de Kinshasa en 2012, à « accompagner ses membres dans leur volonté d’instaurer un environnement de confiance numérique ». Cela a abouti à la publication, en février 2017, du Guide pratique de la cybersécurité et de la cyberdéfense. S’agissant de la gestion des flux migratoire, l’OIF a partagé « son approche humaniste, respectueuse de la dignité et des droits fondamentaux de tous les migrants, qui valorise également le parcours et la contribution de ces personnes au développement de nos sociétés. », a rappelé le représentant de l’OIF.

https://www.francophonie.org/5e-congres-francopol-49304.html