Vous êtes ici

Les acteurs institutionnels du maintien de la paix

Les acteurs institutionnels du maintien de la paix encadrent la formation aux opérations de paix, par l’élaboration de doctrines, normes et modules de formation généraux et spécifiques.

 

Le service de formation intégré (SFI) de la Division des politiques, de l’évaluation et de la formation a la responsabilité principale, au sein du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) et du Département de l’appui aux missions (DAM), d’assister les Etats-membres et les centres nationaux et régionaux de formation aux opérations de paix pour la formation au maintien de la paix préalable au déploiement.

Le SFI a recours dans ce but à différents instruments : l’élaboration d’une doctrine ; l’élaboration de normes de formation ; l’élaboration de modules généraux et spécialisés de formation ; l’envoi d’équipes mobiles de formation ; la formation des formateurs ; la labélisation des formations. Le service de formation des différentes opérations assure également une formation d’initiation et d’orientation et la formation continue pour les personnels (militaires, civils et policiers) déployés en opération.

L’Organisation soutient également le recours accru à l’expertise civile dans les opérations de paix et en situations post-conflictuelles dans le cadre de l’initiative CIVCAP, qui a en particulier permis d’établir une cartographie des capacités civiles mobilisables. Elle gère depuis 2012 la plateforme CAPMATCH qui a pour objectif de soutenir la mise en relation des offres et demandes de personnels civils dans les pays en sortie de conflit.

 

Afin d’appuyer la mise en place de l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) et de la Force africaine en attente (FAA), le département Paix et Sécurité de l’UA a élaboré une doctrine et une feuille de route, développé des normes et directives de formation  et défini la responsabilité de chaque acteur – UA, Communautés économiques régionales et Etats – en matière de formation pour les militaires, policiers et civils appelés à être déployés.

L’UA est chargée au niveau continental de : déterminer les politiques et directives de formation; évaluer les besoins en entraînement ; harmoniser et coordonner les activités de formation ; identifier les ressources requises ; conduire des formations au niveau stratégique ; organiser le cycle de formation AMANI AFRICA.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre de la brigade ouest de la FAA, la CEDEAO est chargée d’évaluer et de superviser la préparation opérationnelle de la Force et de proposer une formation aux opérations de paix complémentaire et spécialisée, en s’appuyant sur : les écoles nationales à vocation régionale (ENVR) ; des exercices sous-régionaux et bilatéraux ; des échanges intra et inter-régionaux.

Trois écoles ont été désignées pour appuyer la formation stratégique et opérationnelle de la brigade ouest : l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye de Bamako (Mali) ; le National Defense Center d’Abuja (Nigeria) ; le Kofi Annan International Peacekeeping Training Centre d’Accra (Ghana). La CEDEAO a également signé en février 2013 un protocole d’accord avec 10 centres de formation afin de renforcer ses capacités de formation des militaires, policiers et civils.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre de la brigade centrale de la FAA, la CEEAC est chargée d’évaluer et de superviser la préparation opérationnelle de la Force et de proposer une formation aux opérations de paix complémentaire et spécialisée, en s’appuyant sur : les écoles nationales à vocation régionale (ENVR) ; des exercices sous-régionaux et bilatéraux ; des échanges intra et inter-régionaux.

Dans ce but, la CEEAC a établi un service de formation intégrée, qui a la charge de : l’élaboration des politiques, normes et instructions de formation, basées sur les standards de l’ONU et de l’UA ; l’élaboration et le suivi des plans de formation ; l’identification des ressources nécessaires ; la procédure de labélisation des formations ; l’organisation des exercices sous régionaux et bilatéraux ; la recherche de partenariats extérieurs.

La CEEAC s’appuie, pour assurer la formation du personnel de la brigade centrale, sur huit centres de formation : l’Ecole supérieure internationale de guerre de Yaoundé (Cameroun) ; l’Ecole d’état-major de Libreville (Gabon) ; l’Ecole interarmées de formation des officiers de Luanda (Angola) ; l’Ecole internationale des forces de sécurité d’Awaé (Cameroun) ; l’Hôpital d’instruction des armées Omar Bongo Ondimba de Libreville (Gabon) ; l’Ecole de génie - travaux de Brazzaville (Congo) ; l’Ecole de Marine de Malabo (Guinée Equatoriale) ; l’Ecole de formation électorale de l’Afrique centrale de Kinshasa (RDC).