Vous êtes ici

L'OIF et le maintien de la paix

Le cadre doctrinal de l'action de l'OIF en matière de Maintien de la paix

L’OIF ne déploie pas d’opérations de paix mais appuie ses Etats et gouvernements membres et observateurs pour renforcer leur participation à ces opérations. Cette contribution indirecte aux opérations de paix s’inscrit dans le cadre du champ d’action de la Francophonie défini par la Charte de Hanoi (1997), qui a invité les Etats francophones à se saisir des questions relatives à l’instauration, au maintien et au renforcement de la paix et de la sécurité internationale.

La Déclaration de Bamako (2000) a par la suite défini la promotion de la paix, de la démocratie et de l’Etat de droit comme des champs d’intervention prioritaires pour la Francophonie. C’est la Déclaration de Saint Boniface (2006) sur la prévention des conflits et la sécurité humaine, qui précisera  la nature et les volets de la participation collective des francophones et de la Francophonie dans ces domaines.

A l’issue du sommet de Québec (2008), les Chefs d’État et de gouvernement se sont engagés à « renforcer les capacités des États francophones en matière de maintien de la paix ». Cet engagement a depuis été régulièrement rappelé dans les déclarations adoptées à l’issue des sommets des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie, notamment celles de Montreux (2010) et de Kinshasa (2012), qui ont insisté respectivement sur la nécessité d’« accroître l'offre de contingents francophones civils et militaires » pour participer à des opérations et de « renforcer le multilinguisme à travers l’usage du français » dans ces opérations.

A Dakar en 2014, lors du XVème Sommet de la Francophonie, cet engagement a été réafffirmé en ces termes : « Nous, Chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage (…),Nous engageons à renforcer notre participation dans les opérations de maintien de la  paix, en particulier dans l’espace francophone, à travers une mobilisation accrue de personnels et la promotion de francophones, y compris de femmes, aux postes de commandement ». 

 

La stratégie de l’OIF en matière de maintien de la paix

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) intervient dans le domaine du maintien de la paix depuis 2004, date à laquelle le Secrétaire général des Nations unies M. Kofi Annan sollicita le Secrétaire général M. Abdou Diouf pour qu’il incite les Etats francophones à prendre part à la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Pour répondre à ces préoccupations, l’OIF a développé une stratégie opérationnelle visant à développer la capacité de ses Etats membres, notamment ceux du Sud, à participer aux opérations de maintien de la paix, à travers deux axes :

  • Favoriser l’usage de la langue française dans les opérations ;
  • Renforcer la participation des Francophones au sein des opérations.

 

Un plaidoyer auprès de l’ONU…

L’OIF mène à cette fin des actions de plaidoyer auprès de l’ONU afin de promouvoir l’usage du français au sein du Secrétariat et des missions, notamment dans la documentation qu’ils produisent. L'Organisation participe aussi aux travaux du Comité spécial sur les opérations de maintien de la paix des Nations Unies (dit « C-34 »).

 

Un plaidoyer auprès des Etats en faveur d’une plus grande participation francophone aux opérations de paix

La Francophonie accompagne par ailleurs aux plans politique et pratique la montée en puissance des capacités francophones de maintien de la paix en sensibilisant les États et gouvernements membres aux avantages stratégiques procurés par la participation aux opérations de maintien de la paix (rayonnement politico-diplomatique; vecteur de modernisation des appareils de défense et de sécurité; avantages et bénéfices financiers).

L’OIF soutient également les concertations entre pays francophones sur les enjeux des opérations de paix. Dans la lignée des deux séminaires régionaux organisés en 2009 à Yaoundé et Bamako, l'OIF a lancé en 2012/2013, conjointement avec la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) du Ministère français des Affaires étrangères, la Délégation aux affaires stratégiques (DAS) du Ministère français de la Défense et le Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP), un cycle de quatre séminaires sur le rôle des pays francophones dans les opérations de paix.

 

Un appui aux centres de formation francophones au maintien de la paix

L’OIF soutient la formation des contingents non francophones à l’usage et à la pratique de la langue française, notamment par le développement de la méthode « En avant! », méthode d’enseignement du français sur objectifs militaires, destinée à préparer les personnels ne maîtrisant pas le français à prendre part à une OMP en territoire francophone.

Elle appuie de surcroit la formation des personnels militaires, civils et de police francophones afin de renforcer leur participation aux OMP, via les structures de formation francophones et les formations en ligne. Pour renforcer ce volet, la Francophonie a initié et développé le REFFOP afin de:

  • Fédérer l’action des centres de formation francophones pour accroître la visibilité de leur action et renforcer leurs liens avec les organisations internationales ;
  • Développer un vivier d’experts civils mobilisables par l’OIF et les organisations internationales pour participer à des opérations de paix ;
  • Produire une information en français sur l'offre francophone pour les opérations de paix.

Enfin, l’OIF apporte progressivement un appui opérationnel aux missions déployées en territoire francophone, en réponse aux sollicitations de l’ONU, l’UA et les organisations régionales, en termes d’évaluation des besoins, de renforcement des capacités et de soutien à la formation des personnels déployés.